Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Bruno TOURNABIEN

Eliane CLERISSE

La création de ce blog est une occasion unique de rendre hommage à l’un des pivots du Club d’Echecs Lexovien qui, tout en fuyant avec acharnement les honneurs et la publicité, a consacré sa vie aux enfants dans des domaines variés et notamment au sein du club. Adulée des parents qui lui confient leur progéniture les yeux fermés, adorée des bambins à qui elle le rend bien, Eliane Clérisse est l’une de ces institutrices « à l’ancienne » inoxydables dont l’intense activité fait oublier qu’elles sont en fait… retraitées.

Ce serait trop long d’énumérer les activités que, en marge et en complément de son activité professionnelle, elle a proposées aux enfants : Camps de vacances, séjours à la neige, centres aérés, Futuroscope et j’en passe… Je m’en tiendrai aux échecs et aux quelques éléments qu’elle a bien voulu me révéler. Interview.

Eliane CLERISSE

BT : Eliane, comment a débuté ton activité dans les échecs ?

EC : En 1995, j’ai pris la direction de l’école primaire Jean Macé à Lisieux. L’un des enseignants, Loïc Lemarchand, proposait une activité « échecs » aux enfants. Je n’y connaissais rien mais, très vite, j’ai remarqué l’intérêt que les enfants y portaient et je m’y suis impliquée. Avec les enseignants volontaires, nous avons étendu l’activité à presque toutes les classes. Rapidement, avec Marc Santerne, le président du club d’échecs lexovien de l’époque, nous avons compris l’intérêt de monter une section « jeunes », avec un emploi-jeune. Au début, les cours avaient lieu à l’espace Victor Hugo, mais pour des raisons de commodité nous nous sommes rabattus sur l’école Jean Macé où nous disposons désormais d’une salle permanente.

BT : Qu’a changé ton départ à la retraite ?

EC : Bien sûr, je n’étais plus « aux commandes » de l’école, mais dans l’ensemble l’élan était créé et l’équipe enseignante, pour la plupart, a poursuivi l’activité. J’ai été sollicitée par des collègues pour animer des ateliers sur le temps scolaire.

BT : Combien d’enfants sont concernés ?

EC : Pour les ateliers sur temps scolaire, j’interviens auprès de trois établissements : L’école Jean Macé bien sûr, mais aussi l’école Guizot et l’école Bon Pasteur, ce qui représente environ 300 enfants. Pour la section « jeunes » du club, cela représente une quarantaine d’enfants, répartis sur des séances les mardis et vendredis soir.

BT : A… heu… ton âge, qu’est-ce qui te motive encore ?

EC : J’ai toujours eu la passion d’enseigner, et le goût de former les enfants. C’est toujours intact chez moi.

BT : Des regrets ?

EC : Pas vraiment des regrets, mais des envies, des projets, comme de développer l’initiation "adultes".

BT : Peux-tu me citer quelques-uns de tes meilleurs souvenirs d’échecs (ça sonne bizarre) ?

EC : J’ai toujours grand plaisir à conduire les enfants en compétition. Je garde un souvenir très ému de la qualification de l’équipe de l’école pour les championnats de France scolaires à La Grande Motte, en 2001. Tu nous avais accompagnés, d’ailleurs si je me souviens bien… Je garde aussi d’excellents souvenirs des autres championnats de France auxquels nous avons participé : Nîmes, Villepinte… Par ailleurs, j’ai toujours beaucoup de plaisir de retrouver des jeunes que j’ai aidé à former et qui, adultes, continuent les échecs.

BT : Merci Madame !

EC : Merci Monsieur.

Championnat de France scolaire à La Grande Motte (2001)

Championnat de France scolaire à La Grande Motte (2001)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article